Par Ptolomus 24/09/2018

Why I didn’t report : pourquoi je n’ai pas porté plainte

0

 

Le hashtag du week-end apparaît suite à une nouvelle sortie scandaleuse de Donald Trump :

 


Je n’ai aucun doute que, si l’attaque contre le Dr Ford était aussi grave qu’elle le dit, une plainte aurait été immédiatement déposée auprès des autorités policières locales, par elle ou par ses parents aimants. Je demande qu’elle apporte son dépôt de plainte afin que nous puissions connaître la date, l’heure et le lieu !
 
 

Alissa Milano réagit rapidement sur Twitter et lance le hashtag #WhyIDidntReport :


Hé, @realDonaldTrump écoute-moi, putain.
J’ai été agressée sexuellement deux fois. Une fois, quand j’étais ado. Je n’ai jamais déposé plainte auprès de la police et ça m’a pris 30 ans pour me confier à mes parents.
Si vous êtes survivant d’agression sexuelle et que vous avez quelque chose à ajouter, s’il vous plaît, faites-le dans les réponses. #MeToo
 


 

S’ensuivent des milliers de témoignages de femmes et d’hommes qui expliquent pourquoi ils n’ont pas porté plainte au moment des faits. On vous en a sélectionné quelques uns :

 

1.


J’étais si jeune que mon cerveau l’a effacé jusqu’à mes 30 ans. Puis on m’a dit de ne pas remuer le passé parce que c’était quelqu’un de la famille. Maintenant, j’ai 50 ans. Aujourd’hui, j’ai contacté la police pour le signaler. Toutes celles et ceux qui n’ont pas porté plainte devraient le faire maintenant ! Mettons le feu à ce putain de patriarcat.
 
2.
https://twitter.com/journapenelope/status/1043541195283161096
3.


1ère fois : J’étais un enfant. Ma mère ne voulait pas que je l’affronte au tribunal.
2ème fois : J’étais mariée et j’attendais le bon moment pour le quitter, je l’ai fait peu de temps après
3ème fois : C’était un superviseur dans l’armée, j’étais ivre. J’avais honte et je m’en suis voulue
 
4.


5.


Parce qu’il était mon psychiatre
Parce qu’il m’a dit que c’était ma faute
Parce que je craignais qu’il m’envoie pour toujours dans un hôpital psychiatrique si je parlais
Parce que c’était plus facile de ne rien dire que de faire de la peine à mes parents
Parce que peut-être personne ne me croirait
Parce que j’avais 15 ans
 
6.


7.


J’ai porté plainte.
Le juge a ignoré mes hémorragies pétéchiales des yeux et ma trachée fracturée et il a dit que je devrais “mieux apprendre à refuser les avances des hommes plutôt que d’essayer de ruiner leur vie entière.”
 
8.


9.


Parce que j’avais 12 ans. Parce que je ne voulais pas bouleverser sa mère et sa tante (ma grande-tante et ma grand-mère). Parce que je m’en voulais de m’être endormie sur le divan et pas dans ma chambre.
 
10.


11.


J’avais 16 ans. J’étais vierge. Je le trouvais gentil et prévenant. Je lui faisais confiance.
Après m’avoir violée, il s’est excusé d’avoir été si brutal. Il a dit que s’il avait su que j’étais vierge, il aurait été plus doux.
J’ai tenté de me suicider deux fois parce que je préférais mourir que de le dire.
 
12.


13.


Parce qu’il vivait dans ma maison.
 
14.


15.


Après avoir signalé le viol, toute ma carrière dans l’armée est passée d’excellente à finalement être congédiée avec un trouble de la personnalité.
 
16.


17.


Parce que j’avais peur que personne ne me croie. Parce que j’ai été intimidé et que personne n’a jamais cru en moi. Parce que j’étais un enfant de chœur et mes parents ultra-catholiques étaient fiers de moi. Parce que c’était un prêtre “aimé”.
J’ai presque 47 ans. Je ne l’ai jamais dit à personne.
 
18.


19.


J’avais 9 ans. Un homme m’a prise à part à une fête d’anniversaire et a collé sa main dans mon pantalon. Il m’a demandé si ça me plaisait. J’ai pensé que j’avais fait quelque chose de mal.
 
20.


21.


J’avais 12 ans.
Il en avait 16.
Il était beau et je voulais être aimée.
C’est arrivé si vite sans ma permission.
Si je l’avais dit à ma mère, elle m’aurait virée de la maison. Une fille chrétienne n’aurait pas laissé ça arriver.
La peur, la honte, et mon innocence perdue.
 
22.


23.


J’ai porté plainte.
On m’a dit que je devrais oublier.
J’aurais pu parler à quelqu’un d’autre, mais à ce moment-là j’étais sûre de ne pas être prise au sérieux ou que personne ne me croirait. J’avais 13 ans, j’étais un enfant.
 
24.
https://twitter.com/Fragment279/status/1043620508225421317
25.


Parce que j’avais 18 ans
J’avais peur
Je ne pensais pas que je serais crue
Je ne savais pas où aller
Je connaissais mon agresseur
Je ne pouvais pas briser le cœur de mes parents
Je ne voulais pas être définie par l’acte criminel de quelqu’un d’autre
 
 

Une sélection un peu plus légère pour continuer la soirée


 

Commentaires 0

comments for this post are closed

fermer