Par GabytaineFlam 19/05/2020

La politique intéresse-t-elle encore les jeunes ?

0

Cynique, désabusée, la génération actuelle est souvent cataloguée comme hors de la vie politique et ne s’y intéressant pas. Pourtant ce n’est pas la réalité selon @JeanMassiet qui allie politique, pédagogie et… stream.

 

1. Plusieurs sondages montrent un manque d’enthousiasme des jeunes (de 18 à 25 ans) pour la vie politique. Pourtant ils sont majoritaires à se préoccuper des questions d’actualité. Comment expliquer cette méfiance des jeunes envers le processus démocratique ?

 

Quels sondages ?? C’est une immense idée reçue qui circule malheureusement beaucoup. Le cliché d’une jeunesse désabusée, désenchantée voire cynique est profondément ancré dans l’imaginaire mais ne correspond à aucune réalité. Les enquêtes successives (ici ou ici) montrent au contraire que les jeunes présentent un grand enthousiasme pour l’engagement autour de thématiques très politiques : environnement, solidarité, action locale, etc. C’est plutôt la politique qui se montre très éloignée des jeunes puisque les structures classiques (institution, partis, syndicats, etc.) du jeu politique fonctionnent encore “à la papa” et laissent peu de place aux jeunes qui se rabattent sur d’autres modalités (Internet, mouvement sociaux innovants comme Extinction Rébellion, Nuit Debout, etc.).

 

2. Les hommes politiques ont des discours qui ne concernent pas la jeunesse, ils sont peu présents sur les réseaux sociaux et peu d’hommes politiques sont jeunes eux-mêmes. Comment les jeunes peuvent-ils se sentir représentés ?

 

Là encore c’est une vue de l’esprit : il n’existe pas de sujets politiques qui seraient propres aux jeunes. Lorsque les responsables politiques parlent des questions économiques et sociales, d’environnement, d’international ou encore d’urbanisme, ils parlent d’enjeux qui concernent l’ensemble de la population. Les jeunes ne sont pas une catégorie à part qui évolue à côté du reste de la société avec des secteurs politiques réservée. Idem pour la représentativité, il s’agit là aussi d’une problématique qui recouvre l’ensemble des tranches d’âge de la société : personne n’est satisfait de la représentativité des politiques. Les taux d’abstention des jeunes et ceux des personnes âgées sont comparables, la crise de confiance envers les responsables politiques est partout. Quant aux modalités d’expression des responsables politiques, elles évoluent. Internet prend une place de plus en plus prépondérante au fur et à mesure que les politiques et leurs équipes rajeunissent. Jean-Luc Mélenchon par exemple bien que vieux briscard de la politique et ancien sénateur s’est entouré d’une équipe jeune à qui il fait confiance et il en récolte les fruits : sa présence en ligne fonctionne très bien auprès des jeunes.

 

3. Avec le réchauffement climatique, la jeunesse doit faire face à des enjeux encore jamais rencontrés par les anciennes générations. Penses-tu qu’avec ce sentiment d’urgence qui est ressenti, la vie politique va basculer (vote pour les extrêmes, voire une escalade de violences si les instances politiques ne répondent pas à cet appel) ?

 

L’avenir nous le dira. Ce qui est certain c’est que les jeunes seront en première ligne de ces changements et ils le savent très bien. C’est pour ça qu’ils sont autant mobilisés sur les questions climatiques. Greta Thunberg n’est pas un épiphénomène d’internet, c’est l’incarnation des préoccupations de toute une génération. Quand aux changements ils seront radicaux mais ne vont pas nécessairement se faire par la radicalité, ça dépendra de notre capacité à agir en amont. Et ce n’est pas gagné.

 

4. Quel est ton projet sur ta chaîne Twitch ? Penses-tu qu’une meilleure pédagogie suffira à intéresser les jeunes à la politique ?

 

J’ai crée ma chaîne Twitch en 2015 dans la foulée des attentats du 7 janvier. Je voulais quitter la politique (où je travaillais) pour lancer un projet un peu fou : parler de politique en direct sur internet. Je me suis inspiré des streamers de jeux vidéo pour me lancer comme eux dans une interaction permanente avec le public. Et ça a marché ! J’essaye désormais de remettre la politique entre les mains des citoyens. Je ne veux plus d’un débat politique pris en otage par des costards-cravates au langage formaté sur les plateaux télé. La vie publique doit nous appartenir à tous comme le réclament à leur manière plein de mouvements (des gilets jaunes aux marches pour le climat). Du coup plutôt que de m’adresser aux gens je leur donne la parole. J’essaye de vulgariser la politique pour que chacun s’en saisisse. Je rend ça plus vivant et plus fun, en mode chill, avec humour. Encore une fois, la politique nous intéressera le jour où elle s’intéressera à nous, donc à nous d’en faire notre truc !

 
 

Commentaires 0

Rédigez votre commentaire

Looks good!
Looks good!
Looks good!
fermer