Par GabytaineFlam 30/01/2014

Comment rédiger sa bio Twitter

0

 
arnold
 

Toute une personnalité à décrire, tout un vécu à vanter, tout un parcours à raconter. Savoir se démarquer sans s’empêcher de s’intégrer. Vouloir impressionner sans dissuader de nous accueillir.

Et pour ça, une bio en 160 caractères ?

Est-ce bien sérieux, Twitter ? Tu te rends compte que quand je demande un followback à @SexyLyoniaise_du_69, tu me forces à limiter mon charme mirobolant dans un texte aussi court ??

Nombreux sont les twittos qui ont perdu leurs plumes turquoises en publiant une bio ratée. Car force est d’admettre que cet exercice qui se veut synthétique sans être réducteur relève de l’impossible.

Moi-même, aujourd’hui, je ne me sens pas du tout de taille à te donner des leçons de bio (il faut dire que j’ai arrêté les SVT en Seconde). Cependant, nous allons voir ensemble quelques éléments de réponse pour cette question transcendante de la plus haute importance : comment écrire une bonne bio ?

Que dois-je éviter pour que ma bio ne sente pas trop la défaite ?

Pour commencer, identifions la fonction de la bio Twitter. Ce petit texte ne doit pas simplement te décrire, mais plutôt te caractériser. Il ne s’agit pas simplement de qui tu es dans l’absolu, mais aussi de ce qui te distingue de ton voisin de palier (hormis la boîte aux lettres).

De ce fait, certaines informations qui te semblent fondamentales sont ici facultatives, voire inutiles :

  • Inutile d’y écrire ton nom ou ton prénom : il y a un autre endroit prévu à cet effet, et si tu y as inscrit un pseudo, ça veut dire que tu ne veux pas vraiment partager ton nom avec tes followers, si ?
  • Même chose pour ton adresse : il y a également un champ de ton profil prévu pour ça, et si tu y as écrit “au Pays des Merveilles”, “de l’Autre Côté du Miroir” ou un truc vachement original comme “Winterfell”, c’est que tu n’es pas si attachée que ça à ta vraie maison, @AliceStark.

@AuSantre2LaTair

Tu peux choisir de te décrire en parlant de choses que tu aimes. Dans ce cas, il est conseillé de recourir aux hashtags pour économiser les caractères, et pouvoir caser un #Directioner à côté de #Belieber parce que tu es ouvert d’esprit. Il peut s’agir de tes groupes, séries, mangas, pâtisseries, photographes, philatélistes ou acupuncteurs préférés, par exemple. Le mieux restant de les sélectionner dans un domaine qui te tient lui aussi à coeur, histoire que les gens qui aiment aussi ce domaine s’y retrouvent. De ce fait, il est inutile de dire AUSSI que tu aimes ce domaine. En lisant une bio comportant les hashtags “#RicheTair #Taziaiphe #OVPF”, on comprendra tout seul que tu aimes la vulcanologie, mais pas l’orthographe, @AuSantre2LaTair. Mais encore une fois, il s’agit de parler de choses dont ton amour te différencie de tout un chacun :

  • A moins d’être fan de fraises à un point tellement identitaire que tu consultes un professionnel à ce sujet, il n’est pas nécessaire de le préciser. Si toutefois tu tiens vraiment à intégrer ton #Fraises, fais preuve de cohérence et utilise une photo de fraise dans ton header, comme @Strawberryyy___.
  • Pas la peine non plus d’ajouter #Soleil, #Fête, #Vacances ou #Nutella.
  • Inutile de préciser qu’à moins d’être collectionneur de modèles d’époque de sextants, tout hashtag commençant par #Sex est à bannir : tu es sur internet, tu sais très bien pourquoi tout le monde y va. Tout le monde, ici, aime ouvertement ça.

@Strawberry___

Une question de style

Une autre pratique courante consiste à tenter de montrer la finesse de son esprit en écrivant un texte bref – pas trop le choix, en même temps… – ayant recours à diverses figures de style. Malgré tout, il est facile de tomber dans le piège et de se donner du style sans pour autant en avoir. Ton texte stylé doit être stylé comme toi et parler de toi. A moins d’avoir grandi avec une demi-douzaine de gorgones, tu n’impressionneras pas grand monde avec “Pour qui sont ces six cents serpents qui sifflent sur vos six têtes ?”.

En revanche, si ton style de vie ou ton métier font de toi une personne flirtant souvent avec l’imaginaire, ou si tu as le blues du businessman, tu peux employer une belle métaphore comme “Onde acoustique prisonnière du corps d’un ingénieur”, voire, si tu te sens vraiment l’âme d’un poète, la rendre filée : “Onde acoustique rendue stationnaire par les noeuds et ventres d’un ingénieur évanescent”. Mais fais attention à ne pas rendre ton imagerie trop obscure – “Perturbation périodique longitudinale d’un fluide quasi-newtonien à énergie conservée par les cellules d’un eucaryote du tertiaire” – ou à tomber dans la paraphrase d’un texte connu : “J’aurais souhaité être un musicien pour pouvoir faire des concerts”.

Si tu es un littéraire fasciné par notre monde et ses contradictions, tu peux claquer un oxymore ou deux : “Je n’ai de cesse d’attendre impatiemment la délicate explosion de ce petit univers délicieusement vomitif” ; mais tu vas perdre une ou deux personnes.
Si tu es un littéraire TROP fasciné par TON monde et ses paradoxes, tu peux carrément verser dans le nonsense carrollien : “Enfin décontenancés sous la pluie d’étoiles cétacées d’une sphère illusoire, nous ramperons” ; mais tu vas perdre une ou deux centaines de personnes.
Si tu es une personne humble qui a souvent recours à l’ironie, tu peux réaliser une autocritique déguisée : “Cherche pas, tu peux pas test mon swag de vainqueur #TMTC”.
Si tu es une personne prétentieuse et superficielle qui ne fonctionne qu’au premier degré, tu peux frimer : “Cherche pas, tu peux pas test mon swag de vainqueur #TMTC”.

Un classique, la citation.

Enfin, il n’est pas rare d’utiliser la méthode classique et efficace de se présenter à l’aide d’une citation. Une citation qui t’inspire. Mais à la rigueur, une citation que tu penses que tu pourras APPORTER à tes potentiels followers. Pas un truc que tout le monde connaît ! Encore une fois, souviens-toi que tu es sur Internet et que donc, tu auras plus de chance d’éclairer les gens en citant la quatrième de couverture du livre qui est posé sur la chasse d’eau de tes grand-parents qu’en étant le 9001ème à scander un mème classique de la Pop Culture issue de 4chan.
Garde donc pour toi les :

  • “Winter is coming”
  • “Hakuna matata”
  • “U mad bro?”
  • “Tonight we dine in Hell!”
  • etc.

Voilà, tu connais déjà un certain nombre de choses à éviter, ce qui te permettra d’avoir une bio au moins médiocre, ce qui n’est déjà pas mal, te connaissant.
Evidemment, il existe encore des tas d’autres sources d’échec dans les bio, mais que veux-tu ? Il faut croire que lutter contre TOUTE cette lose est trop pour un seul homme (ou que je me réserve le droit de faire un come back avec une partie II), aussi j’en ai laissé de côté : au hasard, affirmer une nationalité sur un réseau social apatride ou revendiquer sa haine contre une race ou un peuple, sur un réseau toujours aussi social et apatride…, mais si tu les cherches pour les éviter, qui sait, ça te fera peut-être un peu penser par toi même…

Et surtout, n’oublie pas : c’est ta bio qui est en jeu, pas ta vie.

 

Billet de @MajorasMark

 
 

Si tu n’en es pas encore à l’étape de la bio, @TocTocTocNais t’explique les Six raisons de s’inscrire sur Twitter.

 

Commentaires 0

Rédigez votre commentaire

Looks good!
Looks good!
Looks good!
fermer